Serena

Quatrième de couverture de la version française :
Situé dans les Smoky Mountains de Caroline du Nord, Serena allie, selon l’auteur,     «drame élisabéthain, problèmes environnementaux et richesse de la langue». L’héroïne, sorte de Lady Macbeth des années 1930, est l’épouse de George Pemberton, riche et puissant exploitant forestier. Ces deux-là sont des prédateurs, prêts à tout pour faire fructifier leur entreprise dont l’objectif est de couper tous les arbres à portée de leur main. Une ambition que vient menacer le projet d’aménagement d’un parc national, pour lequel l’État convoite leurs terres. Pemberton met sa fortune à contribution pour soudoyer tous les banquiers et politiciens qu’il faut, et Serena n’hésite pas à manier fusil et couteau pour éliminer les obstacles humains.
Belle, ambitieuse et intrépide, Serena fascine son mari et ses employés, pour lesquels elle n’éprouve aucune compassion. Et pourtant chaque jour apporte son lot de blessés, voire de morts, tant le métier de bûcheron est dangereux en soi et la nature alentour hostile, quoique magnifique. Le roman prend des allures de thriller lorsqu’elle poursuit de sa haine implacable le fils naturel que Pemberton a engendré avant son mariage et qu’il semble vouloir protéger. Sa fureur vengeresse ira très loin…

Je ne connaissais pas Ron Rash et je dois remercier le père d'une amie américaine qui m'a conseillé cet auteur et ce roman en particulier. L'intrigue se déroule dans le comté d'Haywood au coeur des Appalaches en Caroline du Nord, où il se trouve que j'ai enseigné pendant près de dix ans, donc évidemment ce livre a eu une résonance particulière pour moi. Connaissant les lieux, j'ai particulièrement apprécié les descriptions. Ceci étant dit, ce roman peut s'apprécier même si on ne connaît pas l'endroit. Le portrait de cette femme diabolique qu'est Serena est captivant et se lit sans effort. C'est un livre à la fois romanesque et très sombre et qui brosse toute une galerie de personnages secondaires tous aussi fascinants les uns que les autres. J'ai d'ores et déjà un autre livre de Ron Rash sur ma PAL. Suite au prochain numéro...