One thousand

Titre français: Mille Femme Blanches

Traduction libre de la quatrième de couverture:

Basée sur un évènement historique réel mais racontée à travers un journal intime de fiction, ceci est l’histoire d’une femme remarquable qui part à l’Ouest en 1875 et se marie avec le chef de la Nation Cheyenne.

« Mille femmes blanches » commence avec le voyage dans l’inconnu de l’Ouest de May Dodd. Et pourtant l’inconnu est un bien meilleur sort pour elle que le monde qu’elle laisse derrière elle. Enfermée dans un asile psychiatrique par sa famille de sang bleu pour avoir commis le crime d’aimer un homme en-dessous de son rang, May découvre que son seul espoir de liberté est de participer à un programme secret du gouvernement qui vise à ce que des femmes du monde « civilisé » épousent des guerriers Cheyenne. Ce qui suit est le récit des aventures époustouflantes de May Dodd : sa relation brève mais passionnée avec le galant jeune capitaine de l’armée, John Bourke, son mariage au grand chef Little Wolf et ses sentiments conflictuels prise entre deux mondes, aimant deux hommes, vivant deux vies.

Jim Fergus a dépeint l’Ouest américain d’une manière si saisissante à travers le journal intime de May Dodd qu’il en devient une capsule historique.

Passée ma surprise, quand j'ai réalisé que ce roman était basé sur un fait réel qui n'est jamais arrivé (je vais m'expliquer!), je me suis retrouvée emportée dans les 400 et quelques pages de cette fiction et j'ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé. C'est à la fois un roman d'aventures, un roman d'amour et un roman historique qui donne moult détails sur la condition des Indiens d'Amérique au 19ème siècle et sur leur lutte contre le gouvernement américain, qui n'avait d'autre ambition que de les éliminer.  En 1854, au cours d'une conférence de paix, qui s'était tenue à Fort Laramie, un éminent chef Cheyenne demanda aux autorités américaines de lui "offrir" mille femmes blanches pour en faire les épouses de ses jeunes guerriers. Dans leur société matrilinéaire, où tous les enfants qui naissaient appartenaient à la tribu de leur mère, il semblait aux Cheyennes que cela aurait été le meilleur moyen de s'intégrer dans le monde de l'homme blanc, un monde terrifiant qui leur semblait-il n'avait pas de place pour eux - la suite prouvera qu'ils avaient raison! - . Inutile de dire que les autorités américaines n'accueillirent pas leur requête favorablement mais dans ce roman et dans l'imagination de Jim Fergus, les femmes blanches furent effectivement envoyées à l'Ouest... J'ai rapidement oublié que l'histoire n'était pas vraie tant l'auteur la rend crédible, la fiction se mêlant à la réalité (par exemple, John Bourke et Little Wolf ont réellement existé) et j'ai suivi les aventures de May avec beaucoup d'intérêt. De plus, j'y ai retrouvé ces magnifiques Grandes Plaines que j'ai découvertes l'été dernier et mon plaisir de lire n'en a été qu'accru.