tombeau

Quatrième de couverture:

« Que cent mille grâces vous soient rendues, Sire, pour avoir suivi le conseil que j'osai vous prodiguer à l'issue de ma dernière Chronique : vous avez finalement dégagé. La fin joyeuse de votre règne électrique, ô Désopilante Majesté, me permet d'entamer avec sérénité cet ultime volume de vos prouesses, lequel va relater par le menu l'affreuseté de votre dernière année sur le Trône, matamoresque et dangereuse. »

Dans ce dernier volume des Chroniques du règne de Nicolas Ier, Patrick Rambaud fait ses adieux irrévérencieux au Prince Sortant, non sans observer les premiers pas, bien normaux et chahutés, de François IV et de la marquise de Pompatweet...

C'est le dernier! Patrick Rambaud a promis, juré et je veux bien croire qu'il soit épuisé après cinq ans de bons et loyaux services pour informer les sujets (nous) des nombreux écarts de Son ex-majesté, Nicolas 1er. Ce qui avait démarré comme une simple satire de la première année de Sarkozy à la présidence s'est transformé en un phénoménal succès de librairie avec des milliers de lecteurs réclamant la suite à Rambaud, pour qui, petit à petit, ce projet est devenu un boulet. C'est aussi délicieux et drôle que les cinq premières chroniques mais je me suis surprise à vouloir arriver au bout rapidement. Probablement parce que je savais qu'arriver au bout signifiait enfin dire adieu à Sarko et à ses méthodes souvent douteuses, enfin espérons! Les débuts du règne de François IV ne sont pas épargnés d'ailleurs. Le style de Rambaud est toujours aussi incisif et son travail de recherche et d'observation toujours aussi détaillé. J'ai adoré cette série mais je suis ravie que ce sixième volume soit le dernier!