world

monde

Quatrième de couverture de la traduction française:

Travis Shelton, 17 ans, découvre un champ de cannabis en allant pêcher la truite au pied de Divine Mountain, dans les Appalaches. C'est un jeu d'enfant d'embarquer quelques plants sur son pick-up. Trois récoltes scélérates plus tard, Travis est surpris par le propriétaire, Toomey, qui lui sectionne le tendon d'Achille, histoire de lui donner une leçon.

Mais ce ne sera pas la seule de cet été-là: en conflit ouvert avec son père, cultivateur de tabac intransigeant, Travis trouve refuge dans le mobile home de Leonard, un prof déchu devenu dealer. L'occasion pour lui de découvrir les lourds secrets qui pèsent sur la communauté de Shelton Laurel depuis un massacre perpétré pendant la Guerre de Sécession. Confronté aux ombres troubles du passé, Travis devra également affronter les épreuves du présent.

Le père, Toomey, Leonard, trois figures qui incarnent chacune une forme d'autorité masculine,  vont tragiquement façonner son passage à l'âge d'homme.

Ce roman, le troisième de Ron Rash - après Un pied au paradis et Serena - à être traduit en français, confirme par son lyrisme âpre que cet écrivain est avant tout un poète, ardent défenseur de sa terre et de la mémoire de celle-ci.

Après Serena - en fait ce livre a été écrit avant Serena mais en ce qui concerne les publications en français, il arrive après -, voici encore un très beau roman de Ron Rash, qui , décidément, prouve qu'il mérite de faire partie de la cour des grands, des très grands auteurs américains. Evidemment, le fait qu'il vive en Caroline du Sud, enseigne à la Western Carolina University et situe ses histoires au coeur des Appalaches me rend leur lecture encore plus agréable  car je connais les lieux presque par coeur! Ce Travis Shelton, j'ai la sensation de l'avoir eu en classe quand j'enseignais là-bas tellement son profil est typique des gamins qui grandissent dans ces montagnes. En parallèle du passage à l'âge adulte de ce jeune homme, l'auteur nous ramène à un sinistre épisode de la Guerre de Sécession, qui s'est véritablement déroulé même si Ron Rash a pris des libertés avec les noms des protagonistes et des lieux géographiques, et on comprend vite que ce rappel de l'histoire n'est pas sans rapport avec l'intrigue principale. Le magnifique décor naturel des Appalaches est formidablement exploité par Rash, qui, par ailleurs, a l'art de mêler violence et humanité et de créer des personnages pris au piège de leur propre destin.

Le Père Noël m'avait apporté ce livre en français et je tiens ici à le remercier à nouveau (merci maman!!!) mais sans vouloir lui faire offense, j'ai eu vite fait après l'avoir commencé en français de commander la version anglaise. A la lecture du tout premier dialogue, je suis devenue dingue en me demandant quel pouvait bien en être l'original! Il faut dire qu'il est impossible de rendre fidèlement dans une autre langue le langage caractéristique des habitants des Appalaches. Il faut l'avoir cotoyé pour comprendre!