pesci

poissons

 

 

Titre français: Les poissons ne ferment pas les yeux

Traduction libre de la quatrième de couverture de la version originale, la quatrième de couverture de la traduction française étant beaucoup trop bavarde à mon avis...:

"Je ne tiens pas à mon corps, qui ne me plaît pas. Il est infantile et moi, je ne le suis plus. Cela fait un an que je le sais. Moi, je grandis et mon corps, non. Il reste enfermé à l'intérieur de moi. Ainsi donc, s'il doit se rompre, peu importe, au contraire, de cette éventuelle fracture sortira un nouveau corps."

Ce petit bouquin d'une centaine de pages est une pure merveille. Le récit de cet enfant de 10 ans qui s'initie à la vie au cours d'un été sur une île doit se lire d'une traite comme un poème. J'espère que la traduction franàçaise est à la hauteur de la beauté du texte italien. C'est une langue simple et tout à la fois terriblement complexe par la portée des mots. Je l'ai lu deux fois car j'estimais l'avoir "mal" lu la première fois, le sommeil m'ayant trop interrompu. J'ai profité d'un après-midi tranquille sur ma terrasse pour le relire et là j'ai vraiment pu apprécier la beauté et la puissance de l'écriture. Jetez-vous sur ce livre, c'est un bijou et de Luca est ce que la littérature contemporaine italienne a de mieux à offrir, je pense.