La famiglia Karnowski0001

Titre original: Di mishpohe Karnowski

Traduction libre de la deuxième de couverture:

Parfois, il suffit de quelques pages pour se rendre compte qu'on a un grand roman entre les mains et pour en capturer l'essence qui en fait un classique. C'est ce qui se passe avec La Famille Karnowski de Israel J. Singer, maître oublié, resté trop longtemps dans l'ombre de son plus célèbre frère cadet Isaac B., Prix Nobel de Littérature. La publication de ce livre, qui fait partie des grands romans du XXième siècle, a donc tout d'un évènement et d'une renaissance: le lecteur va enfin pouvoir s'immerger dans cette grandiose fresque familiale qui nous fait découvrir, à travers trois générations et trois pays - Pologne, Allemagne et Etats-Unis - la saga des Karnowski. Cela commence avec David, le patriarche, lequel à l'aube du XXème siècle quitte le shtetl polonais où il est né, emblème à ses yeux de l'obscurantisme, pour rejoindre Berlin fort de son allemand impeccable et inspiré par le principe selon lequel on doit être "juif à la maison et homme dans la rue". Son fils Georg, devenu un médecin apprécié et marié à une non-juive, incarnera le sommet du parcours d'intégration et d'ascension sociale des Karnowski - parcours qui malheureusement suivra une parabole descendante fatale avec le petit-fils: déchiré par son dégoût de lui-même, Jegor, renversant le racisme nazi au sein duquel il a grandi, mènera à l'extrême la contradiction, qui met toute la famille mal à l'aise, dans un New York étranger et ennemi. Avec une orchestration savante, qui est à la fois un crescendo et une descente en enfer, Singer nous offre non seulement des pages d'une beauté insolite mais aussi un regard clairvoyant sur la situation des juifs dans l'Europe de cette époque, révélant des vertus prophétiques que, presque malgré eux, seuls les grands écrivains possèdent.

Je suis tombée par hasard sur ce livre la dernière fois que je suis entrée dans une librairie en Italie. Je n'avais rien de spécial en tête. Je cherchais juste de bonnes lectures en italien. Il y avait une pile de ce roman avec au sommet un petit panneau signalant que l'éditeur en était à la septième réimpression. Ce panneau a attiré mon regard. J'ai lu la deuxième de couverture, qui m'a inspirée, et Adelphi étant une maison d'édition de qualité, je me suis dit que si le livre était un tel succès, cela ne pouvait qu'être bien. Bien vu ! C'est un roman magnifique qui m'a appris énormément de choses sur la complexité des rapports entre les différentes communautés juives et sur le climat en Allemagne entre les deux guerres, lequel climat se transformera petit à petit en folie humaine. Quelques jours après le lâche assassinat d'Hervé Gourdel en Algérie, on ne peut que se dire que cette folie humaine semble inépuisable... Apparemment, ce roman a été publié en France mais il y a très longtemps. J'espère que son succès en Italie donnera l'idée à un éditeur français de le ressortir car c'est un véritable bijou.