Tambien

ça aussi

Quatrième de couverture de l'édition française :

C’est l’été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s’installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l’apaisement. Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l’accompagne : ses deux ex-maris, les fils qu’elle a eus d’eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable.
Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s’échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s’entrelacer passé et présent. Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu’elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe.
Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l’élégance, la légèreté, la vie.
Elle lui dit qu’elle choisit l’été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera.
Livre événement de la Foire de Francfort 2014, traduit et publié dans une trentaine de pays, ce deuxième roman de Milena Busquets est un petit prodige d’équilibre et d’intelligence.

J'ai découvert cet auteur en regardant La Grande Librairie et je l'ai trouvée tellement drôle que j'ai eu envie de lire son roman. De plus, c'était l'occasion pour moi de lire en espagnol, ce que je n'avais pas fait depuis longtemps. C'est un très joli roman à la fois léger et profond. Sous des allures frivoles et des attitudes nonchalantes se cache une femme qui cherche à surmonter la peine causée par la mort de sa mère avec laquelle elle ne s'entendait pourtant pas si bien. On dit souvent que les femmes recherchent leur père dans leurs partenaires. Milena Busquets prouve ici que la relation mère-fille est tout aussi importante dans le développement d'une femme et Blanca, en l'occurence, a plutôt tendance à chercher sa mère dans ses relations amoureuses. J'ai adoré sa façon d'expliquer qu'il lui était impossible de ne plus aimer ses ex, qu'une fois qu'on était tombée amoureuse d'un homme, on ne pouvait plus ne plus l'aimer, ce qui n'empêchait pas de tomber amoureuse d'un autre. François Busnel a joué les choqués quand elle a expliqué cela à son émission. Moi, j'ai trouvé cela tellement vrai !