modern

Pas encore publié en français.

Dans les années 1980, à Oberlin College dans l'Ohio, une université célèbre aux Etats-Unis pour ses positions libérales et ses humanités, Elizabeth, Andrew, Zoe et Lydia ont formé un groupe qui s'appellait Kitty’s Mustache. Elizabeth y a écrit une chanson “Mistress of Myself”, que Lydia a chanté et rendu célèbre, mais elle est morte à 27 ans d'une overdose d'héroïne. Deux décennies plus tard, Elizabeth et Andrew sont mariés et ont un fils, Harry. Ils vivent dans le quartier de Ditmas Park à  Brooklyn à deux pas de Zoe et sa femme, Jane, avec leur fille, Ruby. Elles possèdent un restaudant dans le quartier qui s'appelle Hyacinth. La crise de la quarantaine pointe son nez pour les deux couples: Zoe et Jane envisagent le divorce; Andrew, le rejeton de parents fortunés, n'a jamais vraiment eu de vrai job et contemple maintenant son manque d'accomplissement dans la vie avec désarroi, et Elizabeth, agent immobilier à Ditmas, se sent responsable de tout le monde. Pour compliquer un peu les choses, les deux ados, Ruby et Harry, découvrent soudainement les joies de la vie sexuelle, ensemble ! Au beau milieu de ce charmant foutoir débarque une productrice d'Hollywood qui prépare un film sur Lydia et a besoin des droits sur la chanson autrefois écrite par Elizabeth.

Ce roman d'Emma Straub n'a pas encore été publié en France mais il le sera certainement, son précédent "Les Vacanciers" l'ayant été. Je n'ai pas encore lu "Les Vacanciers" mais il est vite arrivé sur ma PAL après que j'ai lu celui-ci. "Modern Lovers" est l'exemple même du roman américain que j'adore. On m'y raconte une histoire, on y suit toute la psychologie des personnages et on ne s'y ennuie pas une seconde parce cela avance à un rythme détonnant. Je trouve rarement l'équivalent en littérature française. Le ton est léger mais l'auteur capture très bien les vibrations, qui parcourent ces quatre adultes aux prises avec leur crise de la quarantaine, leurs angoisses liées au quotidien de la classe moyenne et les hormones en furie des deux ados. C'est aussi une parfaite description de Brooklyn et de son embourgeoisement progressif. Ayant récemment passé du temps à Brooklyn, cet aspect du roman m'a particulièrement intéressée. Le dénouement est assez inattendu et nous laisse plein d'espoir. Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce roman et je suis impatiente de lire The Vacationers de la même Emma Straub.