Gaudé

Editeur : Actes Sud - Collection Babel (17 août 2016)

Quatrième de couverture :

En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu'elle ne partira plus, qu'elle est revenue construire ici l'avenir qui l'attendait. Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d'un groupe d'amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l'envie d'aimer et d'accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence... Pour rendre hommage à Haïti, l'île des hommes libres, Danser les ombres tisse un lien entre le passé et l'instant, les ombres et les vivants, les corps et les âmes. D'une plume tendre et fervente, Laurent Gaudé trace au milieu des décombres une cartographie de la fraternité, qui seule peut sauver les hommes de la peur et les morts de l'oubli.

Ce que j'en ai pensé...

Je continue mon exploration de l'oeuvre de Laurent Gaudé. Après avoir adoré Le Soleil des Scorta et Ouragan, j'ai tout autant apprécié Danser les ombres. Dans le style d'Ouragan, qui avait pour cadre La Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina, ce roman nous emmène en Haïti et nous fait vivre l'horreur du tremblement de terre du 12 janvier 2010. L'écriture de Gaudé est vraiment fabuleuse. Je n'ai personnellement jamais mis les pieds en Haïti, ni aux Caraïbes ni même dans une zone tropicale et pourtant, en quelques paragraphes, j'y étais. Un vocabulaire accessible, sans fioritures grammaticales, un style concis mais empreint de poésie, on est vite dans l'ambiance et on a l'impression d'être là-bas, de transpirer avec les personnages, de sentir les odeurs, de parcourir les rues de Port-au-Prince.  On s'attache rapidement à tous les personnages dont on ne sait s'ils survivront tous à ce tremblement de terre mais à vrai dire, cela n'a pas grande importance car, au beau milieu du roman, les morts et les vivants vont se cotoyer quelques temps avant que...

Ah non! Je ne vous dirai quand même pas comment tout cela va se terminer ! Il n'y a pas de doute, je vais continuer à explorer l'univers de cet auteur, qui me charme tout particulièrement et si vous n'avez pas encore franchi le pas et n'avez encore rien lu de Laurent Gaudé, c'est le moment de vous y mettre, saperlipopette ! N'en faites pas cas mais je crois être atteinte de "macronite aiguë" et d'ailleurs, je vous le prouverai dans ma prochaine chronique, qui ne saurait tarder !