Cyrulnik

Editeur : Odile Jacob - Collection Poche (11 mars 2010)

Quatrième de couverture :

"Ça fait soixante-quatre ans que je n'ai rien pu dire, c'est la première fois que je le fais.

Je me rappelle, j'habitais ici. Et puis un jour, ou plutôt une nuit - c'était tôt le matin quand j'ai été arrêté -, la rue a été barrée de chaque côté par des soldats en armes. C'étaient des Allemands, mais j'ai été arrêté par la police française. Il y avait des camions en travers de la rue et puis, devant la porte, une traction avant avec des inspecteurs en civil, des inspecteurs français qui étaient là pour arrêter un enfant de six ans et demi !" B. C.

Boris Cyrulnik évoque, dans ce livre très personnel, son enfance, son arrestation, son évasion et surtout l'insoumission aux hommes et aux idées.

Ce que j'en ai pensé...

Ces dernières années, à chaque fois que je voyais Boris Cyrulnik à La Grande Librairie, j'adorais l'écouter et à chaque fois, je me disais qu'il savait présenter des informations très complexes avec une facilité étonnante. La neuropsychiatrie n'est pas exactement ma spécialité et pourtant quand je l'écoute, j'ai l'impression d'être un peu psychiatre moi-même ! C'est à l'occasion du Festival du Livre de Nice en juin dernier que j'ai eu l'occasion d'assister à une de ses conférences - passionnante, sur le thème de l'attachement et de la spiritualité - et de le rencontrer. Ce fut aussi l'occasion de me procurer deux de ses ouvrages car j'avais beau adorer l'écouter, je ne l'avais toujours pas lu. C'est chose faite avec ce court ouvrage d'environ 80 pages qu'il consacre au récit de l'épouvantable expérience qu'il a vécu en 1944, qui a été d'être arrêté à l'âge de six ans et demi. Le petit Cyrulnik était déjà un être exceptionnel (mon opinion mais sûrement pas que la mienne !) et a réussi à s'évader. Ce livre est aussi l'occasion pour Cyrulnik de se pencher sur la mémoire et la façon dont elle opère quand un enfant vit un épisode traumatique. Très, très intéressant. Ne passez pas à côté !