Grisham

Editeur : Doubleday (25 octobre 2016)

Titre français : L'informateur - Editeur JC Lattès (5 avril 2017)

Nombre de pages : 734

Quatrième de couverture de l'édition française :

Nous voulons tous que nos juges soient honnêtes et sages. C’est la première de nos attentes. Leur intégrité, leur impartialité sont les fondements de notre système judiciaire. Mais que se passe-t-il quand un juge ne respecte pas la loi, quand il se laisse corrompre ? C’est rare, mais cela arrive.
Lacy Stoltz travaille pour le Bureau de l’inspection judiciaire. Avocate, sa mission consiste à mener l’enquête quand on lui rapporte des manquements à l’éthique. Après neuf ans dans ce service, elle sait que la plupart des écarts de conduite sont dus à l’incompétence, pas à la corruption.
Mais parfois de véritables affaires de corruption arrivent sur son bureau. Un avocat, anciennement radié du barreau, reprend du service sous une nouvelle identité. Il prétend qu’une magistrate de l’État de Floride a détourné plus d’argent que tous les juges véreux réunis – ceux du pays tout entier, toute époque confondue.
D’après lui, cette juge serait mêlée à la construction d’un grand casino sur une réserve indienne. La Coast Mafia a financé le casino et se sert aujourd’hui largement dans la caisse. La juge, qui reçoit sa part du butin, ferme les yeux sur ces activités illicites. L’alliance est solide. Tout le monde y trouve son compte.
Mais, Greg Myers veut mettre un terme à cette entente. Non seulement son client connait la vérité et veut prévenir la nation, mais empocher aussi une fortune comme le prévoit l’État de Floride pour les lanceurs d’alerte. Greg Myers dépose donc une plainte auprès du Bureau de l’inspection judiciaire, et l’enquête est confiée à Lacy Stoltz, qui comprend aussitôt que l’affaire risque d’être dangereuse. Le danger est une chose. La mort en est une autre.

Ce que j'en ai pensé...

J'avais besoin d'une lecture plus légère après le pavé de Nathan Hill et dans ces cas-là, je me réfugie habituellement vers un de mes auteurs fétiches.

Cela fait à peu près 25 ans que je lis John Grisham. J'ai à peu près tout lu ou presque et pourtant, il me déçoit parfois. C'est le cas cette fois-ci avec une intrigue, qui, dès les premières pages, nous laisse entendre la fin et surtout un style, qui n'est pas digne des meilleurs Grisham. Car il y en a. Plein. Le problème de Grisham est qu'il a tellement de succès qu'il est pressé par son éditeur de "démouler" un roman par an et parfois, cela sent vraiment la commande et rien d'autre.

Alors, inutile d'épiloguer. Si vous ne connaissez pas encore Grisham, lisez les premiers, Non coupable, La firme, L'affaire Pélican, Le client, etc, qui sont d'excellents thrillers. Lancez-vous aussi dans ses autres livres qui ne sont pas des thrillers, notamment La dernière récolte et surtout, surtout Chroniques de Ford County, un recueil de nouvelles, qui capture à merveille l'esprit du Sud des Etats-Unis. Si, comme moi, vous lisez Grisham régulièrement, passez votre chemin en ce qui concerne L'informateur, qui n'a de thriller que le nom. Je sais cependant que je continuerai à lire Grisham car je l'adore. Il appartient à cette culture du Sud des Etats-Unis, qui est aussi un peu la mienne après tant d'années passées là-bas et je pardonnerai tout aux yeux bleus de ce monsieur... :-)

Grisham 2