Almendros

 Editeur : Les Editions de Minuit  (1er septembre 2011)

Nombre de pages : 158

Quatrième de couverture : 

Lise s'amusait d'un rien, en l'occurrence de moi.
Lorsque je me suis assis à côté d'elle, à l'arrière de la Mercedes, je ne savais pas que nous partions pour un long voyage.
Qui pouvait imaginer que je la suivrais jusqu'au bout du monde ?
Elle avait quinze ans.

Ce que j'en ai pensé...

J'avais beaucoup entendu parler du dernier roman de cet auteur, Faire mouche, je suis tombée sur celui-ci par hasard à la bibliothèque et je me suis dit que c'était l'occasion de tester sa plume mais pour moi, ce roman est à ranger dans la catégorie "aussitôt lu, aussitôt oublié". Ce bouquin m'a fait penser à un de ces films de la Nouvelle Vague, où la forme importait plus que le fond.

Un jeune homme de 25 ans tombe amoureux de l’adolescente de 15 ans à qui il donne des cours. Les parents de cette dernière, très riches, facilitent la relation, sans doute parce qu’ils sont trop occupés pour s’intéresser à leur fille, et leur offrent des vacances dans des endroits plus paradisiaques les uns que les autres. On assiste à des scènes dérangeantes impliquant des animaux ici et là. Pourquoi ? La symbolique m’a échappé s’il y en a une. Ils se promènent beaucoup, ils vont au marché et... à la fin, elle lui dit qu’elle l’aime moins. Voilà. Il ne se passe en fait pas grand chose pour ne pas dire rien ! Je n’arrive pas à savoir si j’ai raté quelque chose ou si ce genre de romans n’est juste pas ma tasse de thé.

 

On me dit que se deux autres romans sont bien meilleurs. On verra... peut-être... un jour...