Cohen

Editeur : Flammarion (1 mars 2017)

Nombre de pages : 240

Quatrième de couverture : 

New York, juin 2015. Benoit Cohen décide, pour les besoins de l'écriture d'un scénario, de devenir chauffeur de taxi à l'instar de son héroïne. C'est ainsi qu'il va sillonner pendant plusieurs mois Manhattan, Brooklyn ou encore le Bronx au volant d'un taxi qu'il loue chaque matin et à bord duquel il espère trouver l'inspiration et apprivoiser sa capitale d'adoption, insolite et frénétique. Avant ça, il devra passer sa licence dans une école du fin fond du Queens, Français parmi les migrants de tous pays à la recherche d'un «rêve américain» encore possible.
Traversé de références cinématographiques et émaillé de souvenirs personnels, Yellow Cab, c'est Big Apple vu à travers le pare-brise d'un taxi driver, les New-Yorkais observés depuis le siège avant : un surprenant récit de voyage autour de quelques blocks, mais qui en dit long sur l'Amérique. On monte avec bonheur aux côtés de ce Frenchie dont les talents d'observateur, déjà révélés dans ses films, jaillissent ici avec truculence.

Ce que j'en ai pensé...

Cela faisait un moment que ma cousine m'avait recommandé de lire ce récit et je ne le regrette pas même si j'ai parfois trouvé la liste détaillée des clients chargés à bord du taxi un peu longuette. Je pense que j'ai d'autant plus apprécié ce livre parce que je connais assez bien New York mais ne pas la connaître n'empêche pas de le lire et de l'apprécier. C'est une belle radioscopie de l'Amérique qui s'apprête à voter pour Trump (l'auteur n'envisage d'ailleurs pas vraiment que ce soit possible quand il écrit ces lignes...) et cela confirme encore une fois ce que je dis à mes élèves jour après jour: l'Amérique est capable du meilleur comme du pire. On peut en l'espace de quelques minutes tomber sur des gens, qui feraient presque peur, tant leur vue du monde est étriquée, et tout de suite après sur des gens qui feront preuve d'une empathie et d'une ouverture d'esprit comme on ne les vit pratiquement jamais en Europe.

C'est une lecture qui se fait rapidement, le style en étant proche de celui d'un scénario mais dont je ressors avec des images fortes, que je n'oublierai pas.