vuillard

Editeur : Actes Sud (23 août 2014) - Babel (17 août 2016)

Nombre de pages : 176

Quatrième de couverture : 

"Le spectacle est l'origine du monde." Créé en 1883, le Wild West Show de Buffalo Bill proposait d'assister en direct aux derniers instants de la conquête de l'Ouest : au milieu de cavaliers, de fusillades et d'attaques de diligences, des indiens rescapés des massacres y jouaient le récit de leurs propres malheurs. L'illusion était parfaite. Par la force de la répétition et le charme de la féerie, le Wild West Show imposa au monde sa version falsifiée de l'Histoire américaine. D'une écriture acérée et inventive, Eric Vuillard ressuscite les personnages de ce drame et livre une autre version de la fable, dans les replis de sa naissance. Avec les armes de la littérature, Tristesse de la terre noue ensemble les fils de deux histoires, celle des derniers massacres d'Indiens et celle de leur mise en scène par le grand spectacle, en une évocation saisissante.

 

Ce que j'en ai pensé...

Après avoir découvert la plume d'Eric Vuillard avec le Goncourt 2017, L'ordre du jour, j'avais à coeur de découvrir d'autres livres de cet auteur et en particulier celui-ci car le sujet m'est cher. J'ai déjà lu un certain nombre de choses sur Buffalo Bill, quand je suis allée au Wyoming et dans le Dakota du Sud il y a quelques années. J'ai visité la ville de Cody, qu'il a fondée, j'ai dormi dans son hôtel, j'ai pris mon petit-déjeuner au fameux bar offert par la Reine Victoria, que, d'ailleurs Eric Vuillard mentionne dans son bouquin, je suis allée sur le site de la bataille de Little Big Horn (seule victoire des Indiens sur l'armée américaine), j'ai découvert les Badlands, lieu de tant d'horreurs commises sur ce peuple.

Eric Vuillard parle de tout cela et bien sûr de l'hérésie que fut le Wild West Show mais sans vraiment relier les faits. En tous les cas, c'est l'impression que m'a laissé ce livre. J'ai trouvé que cela partait un peu dans tous les sens et je ne suis pas vraiment rentrée dans cette lecture. Vuillard écrit incontestablemnt très bien mais peut-être avais-je déjà trop lu de choses sur le sujet pour vraiment apprécier ce livre.

Je prévois de lire La bataille d'Occident et 14 juillet. J'espère retrouver l'enthousiasme que j'ai ressenti pour L'ordre du jour