americanah

Editeur : 4th Estate (GB) / Alfred Knopf (USA) (2013)

Nombre de pages : 589

Edition en français : Folio  (15 avril 2016)

Quatrième de couverture de l'édition française :

«En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.» Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu’on change de pays, et lorsque la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ? De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et nous offre une grande histoire d’amour, parcourant trois continents d’un pas vif et puissant.

Ce que j'en ai pensé...

Quoi de mieux que presque 600 pages d'un formidable roman pour occuper mes journées de repos forcé (la cueillette des olives s'est révélée dangereuse pour celles et ceux qui ne me suivent pas sur Instagram !). J'avais ce roman sur mon Kindle depuis presque 4 ans et voilà seulement que je le lis. Qui sait pourquoi nous nous précipitons sur certains romans et mettons une éternité à en lire d'autres ? Quoiqu'il en soit,  divine surprise ! J'ai eu un véritable coup de coeur pour ce roman à tiroirs qui est un des meilleurs romans que j'ai lu sur la condition des Noirs américains mais aussi sur l'Afrique, sur les immigrants africains en Angleterre et aux Etats-Unis, sur la difficulté de s'adapter à une culture radicalement différente, sur la séparation entre autres choses. Et en toile de fond, une formidable histoire d'amour. Tout ce que j'aime !

Je comprends maintenant l'engouement général pour ce roman lors de sa sortie et bien que l'auteur soit d'origine nigériane, elle signe là un vrai bon roman américain comme je les apprécie. On rit, on pleure, on grince des dents, on se réjouit, bref, on nous raconte une histoire avec un début, une fin, une galerie de personnages auxquels on s'attache et en plus, c'est fort bien écrit. 

J'ai beau n'avoir pas grand chose en commun avec l'héroïne, n'étant ni noire ni africaine, j'ai retrouvé beaucoup de moi dans son expérience américaine et surtout dans la gestion de sa vie sentimentale, alors évidemment, je me suis attachée à ce roman et passer à la lecture suivante ne va pas être simple...