Wells

Editeur : Diogenes (24 février 2016)

Nombre de pages : 354

Edition en français : Livre de Poche (22 août 2018)

Quatrième de couverture de l'édition française :

« Je suis entré dans le jardin et j’ai fait un signe de tête à mon frère. J’ai pensé : une enfance difficile est comme un ennemi invisible. On ne sait jamais quand il se retournera contre vous. »

Liz, Marty et Jules sont inséparables. Jusqu’au jour où ils perdent leurs parents dans un tragique accident de voiture dans le sud de la France. Placés dans le même pensionnat, ils deviennent vite des étrangers les uns pour les autres, s’enfermant chacun dans une forme de solitude. Jules est le plus solitaire des trois lorsqu’il rencontre Alva, qui devient sa seule amie. Son obsession. Vingt ans plus tard, Jules se réveille d’un coma de quelques jours. À la lisière de l’inconscient, il se souvient.

Ce que j'en ai pensé...

Voilà ce qui aura été ma lecture la plus lente de l'année. J'ai commencé ce livre mi-octobre et voilà seulement que je le termine. Entre temps, j'ai fait des pauses et lu d'autres choses. Ce n'est pas que sa lecture me déplaisait, bien au contraire, mais je m'étais promis de le lire en allemand et cela a été un vrai défi si l'on considère que je n'avais pas lu dans cette langue depuis 37 ans ! Il m'a fallu un peu de temps pour m'y remettre mais pari relevé, j'y suis parvenue et j'ai même réussi à apprécier la lecture de ce roman très touchant et tout en subtilité. J'ai su que j'avais réussi mon pari linguistique quand j'ai sorti mes Kleenex pour pleurer comme une madeleine à la lecture de certains chapitres vers la fin du roman. Celles et ceux qui ont lu le roman sauront sans doute de quelles scènes je parle !

Au-delà de l'exercice linguistique, j'ai vraiment aimé la façon dont cette fratrie nous pousse à réfléchir sur nos propres relations entre frères et soeurs, sur le conditionnement que la famille crée dans notre évolution  et sur les questions que pose notre avenir et ce que nous voulons en faire. Vraiment un très joli roman que je vous recommande chaudement, surtout qu'il est maintenant en poche en France. Pas d'excuses !

Et maintenant, à moi de continuer sur ma lancée et de lire d'autres romans dans la langue de Goethe !