Javier Cercas

 Editeur : Debolsillo (25 septembre 2018) 

Nombre de pages : 288

Edition en français : Le monarque des ombres - Actes Sud (29 août 2018)

Quatrième de couverture de l'édition française :

Un jeune homme pur et courageux, mort au combat pour une cause mauvaise (la lutte du franquisme contre la République espagnole), peut-il devenir, quoique s'en défende l'auteur, le héros du livre qu'il doit écrire ? Manuel Mena a dix-neuf ans quand il est mortellement atteint, en 1938, en pleine bataille, sur les rives de l'Ebre. Le vaillant sous-lieutenant, par son sacrifice, fera désormais figure de martyr au sein de la famille maternelle de Cercas et dans le village d'Estrémadure où il a grandi. La mémoire familiale honore et transmet son souvenir alors que surviennent des temps plus démocratiques, où la gloire et la honte changent de camp. Demeure cette parenté profondément encombrante, dans la conscience de l'écrivain : ce tout jeune aïeul phalangiste dont la fin est digne de celle d'Achille, chantée par Homère - mais Achille dans l'Odyssée se lamentera de n'être plus que le "monarque des ombres" et enviera Ulysse d'avoir sagement regagné ses pénates. Que fut vraiment la vie de Manuel Mena, quelles furent ses convictions, ses illusions, comment en rendre compte, retrouver des témoins, interroger ce destin et cette époque en toute probité, les raconter sans franchir la frontière qui sépare la vérité de la fiction ? L'immense écrivain qu'est Javier Cercas affronte ici ses propres résistances pour mettre au jour l'existence du héros fourvoyé, cet ange maudit et souverain dont il n'a cessé, dans toute son oeuvre, de défier la présence.

Ce que j'en ai pensé...

Ce très bon roman d'autofiction pose avant tout quelques questions épineuses. Doit-on revenir sur les erreurs de nos aïeux ? Doit-on même les considérer des erreurs, une fois la situation remise en contexte ? Comment affronter un passé familial douloureux ? Comment raconter l'histoire d'un aïeul considéré comme un héros dans la famille alors que la mémoire nationale cherche à effacer ses heures de gloire ? Pour toutes ces questions, il faut lire ce roman de Javier Cercas et au passage, vous vous instruirez sur la Guerre Civile espagnole si les détails de cette dernière vous échappent. Qui étaient les républicains ? Les franquistes ? Les phalangistes ? Moi, qui n'ai nullement étudié cet épisode essentiel de l'histoire européenne au lycée et ne l'ai que survolé à l'université, où j'ai pourtant fait des études d'espagnol, j'ai trouvé ce livre très instructif et surtout très objectif. Je reconnais que certains passages de description d'opérations militaires m'ont semblé un peu longs mais dans l'ensemble c'est une lecture, qui m'aura marquée en ce début d'année 2019. De plus, elle m'a permis de lire en espagnol pour la première fois depuis longtemps et de me rappeler qu'il faudrait que je le fasse plus souvent. D'ailleurs, d'autres lectures en espagnol m'attendent d'ores et déjà dans mon impressionnante  PAL (Pile à Lire) !