dame 1 

Editeur : France Loisirs 

Nombre de pages : 310

Titre original : Dimma

Quatrième de couverture de l'édition La Martinière (7 mars 2019) : 

Hulda a tout donné à sa carrière. Mais en faisant toujours cavalier seul. Elle a beau être une des meilleures enquêtrices du poste de police de Reykjavik, à soixante-quatre ans, sa direction la pousse vers la sortie.

La perspective de la retraite l'affole. Tout ce temps et cette solitude qui s'offrent à elle, c'est la porte ouverte aux vieux démons et aux secrets tragiques qu'elle refoule depuis toujours. Et ses échappées dans la magnificence des paysages islandais, pour respirer à plein poumons la sauvagerie de son île, ne suffiront plus, cette fois.
Alors, comme une dernière faveur, elle demande à son patron de rouvrir une affaire non résolue. Elle n'a que quinze jours devant elle. Mais l'enquête sur la mort d'Elena, une jeune russe demandeuse d'asile, bâclée par un de ses collègues, va s'avérer bien plus complexe et risquée que prévu. Hulda a-t-elle vraiment pesé tous les risques ?

Ce que j'en ai pensé...

C'est le premier polar que je lis de cet auteur islandais, qui rencontre de plus en plus de succès. Je dois dire, que je ne l'aurais probablement pas fait si on ne m'avait pas prêté ce livre. Merci, Isabelle, pour le prêt !

J'ai beaucoup aimé l'atmosphère, froide à souhait comme j'aime (ne me demandez pas ce que je fous sur la Côte d'Azur !), apprécié l'histoire, même si ici et là, j'ai trouvé l'action peut-être un peu molle, mais par contre, j'ai eu beaucoup de mal avec le style. Je suspecte que cela soit dû à la double traduction.  D'après ce qu'on m'a dit, il y a quelques semaines, le seul auteur islandais traduit directement en français est Arnaldur Indridason mais j'espère que cela changera, étant donné le succès des livres de Jónasson dans le monde, y compris en France.

J'essaierai sans aucun doute de lire un autre polar de cet auteur mais en anglais, pour éviter ce problème linguistique.