constellation

Quatrième de couverture:

À Puy-Sainte-Victoire, entre Luberon et Durance, les oiseaux noirs ressemblent à ceux qui tournoyaient au-dessus du village rwandais où Edmée, infirmière, a vécu la folie des Hommes quinze années plus tôt. Elle mène une vie tranquille jusqu'au jour où ses jumeaux, en garde alternée avec leur père, ne rentrent pas du week-end de l'Ascension. Simple retard ? Enlèvement ? Elle va porter plainte au commissariat.

Sentiments maternels exacerbés, manipulation, sensualité: avec cette introspection, l'auteur offre ici son deuxième roman sous la forme d'une captivante enquête.

Après Les Deux bouts du bâton, son premier roman, Jean-Pierre Cendron a repris la plume et c'est tant mieux. Tout comme la première fois, j'avais décidé de ne pas parler de ce bouquin sur mon blog si je ne l'aimais pas car Jean-Pierre est un ami de ma mère et à priori, je ne dis pas de mal des amis ! Ceci dit, comme la première fois, je n'ai pas eu de dilemne car j'ai à nouveau passé un excellent moment avec ce second roman. J'étais un peu restée sur ma faim avec l'intrigue du premier. Cette fois, il y a un vrai suspens et il est difficile de lâcher ce livre une fois qu'on l'a commencé. Le personnage d'Edmée est assez fascinant et nous rappelle que l'être humain est complexe et capable de choses extraordinaires quand il se sent menacé.