Anseaume

Editeur : Calmann Levy (28 février 2018)

Nombre de pages : 162

Quatrième de couverture : 

Quand elle apprend que ses parents ont mis en vente  la maison où elle a grandi, Camille décide d’y séjourner  une dernière fois afin de s’imprégner du lieu et lui  faire ses adieux. Chaque pièce résonne encore de  l’écho des joies et des peines passées et la replonge  dans les souvenirs : les manies de sa mère, les blagues  de son père, les amis du grand-frère dont elle est  follement amoureuse, les disputes entre soeurs…des cris, des rires, des larmes, et surtout beaucoup, beaucoup d’amour. Mais une semaine, est-ce suffisant  pour dire adieu à son enfance ?                                                                                                                                                           
Ce que j'en ai pensé...
                                                                                                                                                                                                  Le hasard a voulu qu'en l'espace de quelques jours, mon neveu soit allé montrer la maison ci-dessus à sa fiancée et en profite pour m'en envoyer une photo et que ma cousine m'offre ce court récit. Il se trouve que cette maison est celle où j'ai vécu mon adolescence et tout comme l'auteur, j'ai dû, il y a maintenant un peu plus de quatorze ans et dans des circonstances un peu douloureuses, lui dire adieu. Alors, évidemment, ce livre a eu une résonance particulière pour moi.
 
Il n'y a pas à proprement parler de fil conducteur dans ce récit, c'est juste une succession de très courts chapitres qui alternent des souvenirs d'enfance ou de jeunesse avec ce que l'auteur ressent au moment où elle dit adieu à chaque pièce. L'écriture est simple et épurée mais pas banale et ici et là, elle fait preuve de beaucoup d'humour. Je dois dire qu'à de nombreuses reprises au cours de ma lecture, j'ai eu l'impression d'un effet miroir, bien que Camille Anseaume ait une vingtaine d'années de moins que moi. Des situations familiales similaires, des injonctions parentales, des disputes entre frère et soeurs, etc. Et puis, alors qu'elle va une dernière fois de pièce en pièce, je la suivais en imaginant notre maison... un moment assez émouvant, je dois dire mais ma cousine savait bien ce qu'elle faisait quand elle a décidé de m'offrir ce sympathique moment de lecture !