Positano

Editeur : Einaudi (23 juin 2015)

Quatrième de couverture de l'édition française - Editeur Le Tripode (9 mars 2017)  - :

Un roman inédit de l'auteur de  L'Art de la joie.

" Au début de l'été 58, dix ans exactement après notre première rencontre et trois après la fameuse nuit ivre de confessions, de silences et de parfums, je reçus une carte postale géante de New York avec une vue nocturne de Manhattan (entre nous s'était instauré un championnat de ''mauvais goût'', qui consistait à dénicher ce qu'il y avait de pire, dans l'ancien comme dans le moderne, dans ce moyen de communication), où la petite écriture précise, un peu ostentatoirement démodée, de cette snob d'Erica, annonçait : '' Je t'attends en juillet à Positano, je suis heureuse ! Et je désire te faire connaître la cause de ce bonheur. Je me sens miraculée. Considère-moi comme une miraculée !'' "
Rendez-vous à Positano est un roman d'amour, un texte dédié à une femme et un lieu. Dans l'après-guerre, Goliarda Sapienza découvre un modeste village hors du temps, niché tout près de Naples : Positano. Elle y fait la connaissance d'Erica, une jeune femme qui allait devenir pendant près d'une vingtaine d'années une soeur d'âme. Longtemps après la disparition de son amie, en 1985, l'écrivaine décide de revenir sur cette histoire pour sauver de l'oubli ce qui fut balayé par le destin.

Ce que j'en ai pensé...

J'ai découvert cette merveille grâce à un compte Instagram et je ne cesse de me réjouir d'avoir enfin lu Goliarda Sapienza. J'en avais vaguement - mais alors très vaguement ! - entendu parler mais je me dois d'être honnête, Sapienza pour moi, c'était surtout la célèbre université romaine ! Evidemment, le fait que j'ai eu la chance de découvrir Positano l'année dernière m'a rendu cette lecture encore plus intéressante même si le village a sûrement bien changé depuis les années cinquante. C'était plutôt sympa de reconnaître les angles de rues, les nombreux escaliers, la plage, l'hôtel Le Sirenuse qui était en face du mien, le restaurant Buca di Bacco et d'autres endroits encores sur la Costiera au fil des pages. Ce roman est une magnifique histoire d'amitié entre deux femmes, dont je sais déjà qu'elle me hantera pendant longtemps. A vrai dire, on apprend peu de choses de Goliarda mais la vie d'Erica est tellement fascinante qu'on n'en oublierai presque la présence silencieuse et pourtant si indispensable de Goliarda dans cette histoire. Le livre permet aussi de revenir sur la page sombre du fascisme et des années qui ont suivi et qui ont été si compliquées pour les intellectuels italiens - que de névrosés parmi cette génération ! -. Par ailleurs, l'écriture est si belle qu'une fois n'est pas coutume, j'ai pris tout mon temps pour déguster ce roman et apprécier les magnifiques tournures de phrases de Sapienza. J'ai hâte de lire son roman-phare L'arte della gioia (L'art de la joie), qui a permis à l'auteure d'être enfin reconnue. En effet, Goliarda, qui eut une éducation insolite, vécut une vie pour le moins tumultueuse. Elle connut d'abord du succès au théâtre, puis elle se consacra à l'écriture.  Malheureusement, son oeuvre fut largement ignorée des éditeurs italiens et Goliarda Sapienza mourut dans un anonymat total en 1996. Ce n'est qu'en 2005 qu'elle fut enfin reconnue grâce au succès en France de la traduction de L'Art de la joie. Depuis, des éditeurs italiens, et en particulier Einaudi, se sont ravisés et ont enfin publié toute son oeuvre en Italie. Son nom a également été associé à un prix littéraire en Italie.